AdobeStock_304970824.jpeg

Pour le climat et la planète

TANAGA conçoit et commercialise, sous forme de licence, des solutions techniques de valorisation

biologique des matières organiques, qui permettent de valoriser des déchets de diverses origines

(agricole, déchets verts, biodéchets, fraction organique des ordures ménagères, etc.) pour produire

de l’énergie et du compost.

Agir concrètement pour décarboner l'énergie,

au bénéfice de la planète et de ses habitants

1

Décarbonation des activités

Le bilan carbone de l’activité d’un module GéOM standard se compose de deux volets :

- Le premier volet (toujours présent) est lié à la substitution d’une énergie renouvelable à

une énergie d’origine fossile (gaz) lors de l’injection du biométhane dans le réseau gaz.

- Le second volet (optionnel) est lié au captage du CO2 lors de l’étape de purification du

biogaz en biométhane et à la réutilisation ou recyclage de ces tonnes de CO2.

AdobeStock_222581043_edited.png

Réduction d’émissions par effet de substitution

Le biométhane est une énergie considérée comme neutre en carbone car issue du cycle naturel de transformation des chaines carbonées qui constituent la brique chimique de base de la biosphère (sphère du vivant).

Lorsqu’il se substitue à du gaz d’origine fossile dans le réseau de distribution de gaz, cela crée une réduction d’émission équivalant à 183,4 g par KWh (PCS) injecté dans le réseau (effet de substitution).
 

Pour obtenir une traçabilité de l’origine renouvelable de ce flux, un registre

électronique a été constitué, sur la base duquel sont établis des certificats d’origine garantie (COG) qui attestent de l’origine renouvelable de la quantité de biométhane consommée par l’utilisateur final.

Réduction d’émissions par captage du CO2

Lors de la méthanisation, le procédé GéOM produit un biogaz contenant en moyenne 50% de CH4 et 50% de CO2 . La purification de ce biogaz en biométhane (injectable dans le réseau gaz) nécessite de capter, par filtration membranaire, le CO2 contenu dans le biogaz.

La réutilisation, pour des usages industriels ou alimentaires, du CO2 capté permet un réduction d’émissions correspondant en moyenne (selon taux de CO2 dans le biogaz) à 177g par kWh (PCS) injecté dans le réseau.

AdobeStock_268346618_edited.jpg
 

2

La valeur des émissions de carbone évitées grâce à la solution GéOM est très significative

Image de Cédric VT

Valeur de la tonne d’équivalent CO2 évitée

Pour pouvoir additionner les impacts des différents gaz, on a mesuré leur pouvoir de réchauffement global (PRG) par rapport à une tonne de CO2 : on parle alors de tonne d’équivalent CO2 (T eq.CO2).

En utilisant cette unité de mesure, le CO2 vaut 1, le méthane (CH4) vaut 25, le

protoxyde d’azote (N2O) vaut 298, etc…
 

Actuellement le droit d’émettre une tonne d’équivalent CO2 a une valeur de l’ordre de 25€ (prix de marché à fin 2020) mais les économistes prévoient que, pour que les politiques de lutte contre le réchauffement climatique soient efficaces, la valeur du droit d’émissions devrait être comprise en 60€ et 100€ par T eq.CO2. La valeur du CO2 capté et réutilisé pour des usages industriels est de l’ordre de 80€ par tonne.

Bilan carbone d’un module standard GéOM

Chaque licence GéOM vendue (pour un module standard pouvant produire 10GWh/an) permet une réduction d’émission de 3600T eq.CO2 par an.

bilan_planete.png
 

3

Différenciation de notre solution technique

 

4

Contenu technique distinctif

 

5

Avantages induits à l’échelle globale 

Par ses performances techniques et sa grande efficacité, la Solution GéOM répond parfaitement à la nécessité de réaliser la décarbonation des activités par des technologies économiquement viables et socialement acceptables (emplois locaux et redistribution de valeur).

Cette nécessité est particulièrement évidente dans les Pays émergents, où les enjeux de maitrise de l’énergie et de gestion de gestion des déchets sont extrêmement importants.

Concilier accessibilité technique et compétitivité économique

Image de Li-An Lim

Les besoins des marchés émergents imposent une exigence de rentabilité, car la transition énergétique n’est pas ou peu subventionnée, pour des raisons diverses. Ils demandent aussi de valoriser des déchets plutôt que des cultures énergétiques, car l’impact social de l’usage des terres agricoles est un enjeu politique majeur, notamment  en Afrique, Asie, et Amérique Latine.

L’enjeu de la valorisation de la biomasse et de tous déchets organiques purs

Dans tous les pays disposant de ressources en biomasse importantes, le Biométhane est une solution technique et politique à privilégier, et la Solution GéOM permet de faciliter sa mise en œuvre.
 

Le Bio-méthane est un vecteur technique essentiel des politiques de transition énergétique pour tous les pays désirant s’inscrire à la fois dans une politique de développement durable et de lutte contre le changement climatique, et dans la préservation de la qualité agronomique des sols par le retour des matières organiques fertilisantes sous forme de compost ou amendement organique.

Valorisation énergétique complète des déchets ménagers et assimilés (DMA)

Un des principaux développements de la Solution GéOM sur les marchés export sera l’adaptation au marché des déchets ménagers, dont la fraction organique est encore très importante dans les pays émergents. Cette utilisation du procédé GéOM aura de nombreux impacts positifs :
 

  • Lutte contre le réchauffement climatique par réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) notamment ceux émis par les décharges d’ordures ménagères ;
     

  • Amélioration de la qualité de l’air par augmentation de la production des énergies renouvelables en substitution aux sources fossiles polluantes ;
     

  • Réduction des volumes de déchets ultimes non valorisés et réduction corrélative des risques environnementaux liés à leur traitement ultime (mise en décharge ou incinération).

Autres impacts positifs dans les pays émergents

Poubelle domestique

Dans les pays importateurs de gaz, la filière Bio-méthane apporte un avantage compétitif additionnel en permettant de substituer une énergie produite localement à une énergie importée, avec un effet très positif sur la balance commerciale du pays concerné et la création d’emplois pérennes ne nécessitant pas un haut niveau d’éducation.

 

6

Vecteur de transition environnementale

 

Nous contacter

Si vous êtes intéressé par notre solution technique et que vous souhaitez en savoir plus, 

n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec nous ou à nous envoyer un message. 
Nous serons ravis de répondre à toutes vos questions.